Et pourtant, elles rient et font rire! - Les Chroniques -
                    Luxe radio
Et pourtant, elles rient et font rire!
« Les femmes, grâce à leur instinct maternel, supportent moins bien la souffrance de quelqu'un, même dans un contexte humoristique ». Cette phrase ne date pas du siècle dernier mais de 2005, soit il y a 16 ans à peine. Son auteur, l’anthropologue Maydec Apte, n’est pas humoriste, ou alors à son corps défendant. Avec le sérieux qui sied à sa profession, il expliquait pourquoi les femmes, cette entité globale une et indivisible, n’étaient pas enclines à rire de certaines blagues potaches ou de faits comiques, cruels et gratuits à la Laurel et Hardy, comme par exemple quand quelqu’un se prend les pieds dans un tapis ou glisse sur une peau de banane. Mesdames, si vous riez donc aux éclats, c’est que selon Monsieur Apte, il y aurait un souci, léger ou pas, avec votre instinct maternel. Étant donné qu’une précédente chronique a déjà été consacrée à ce sempiternel et si dogmatique instinct décrété comme étant l’alpha et l’oméga de toutes, parlons plutôt aujourd’hui d’humour! Comme pour beaucoup de domaines, du leadership, aux personnalités en passant par l’écriture et bien d’autres, la tentation de tout expliquer par le prisme du genre n’aura pas épargné l’humour. Des études américaines et suisses, notamment, ont même été menées, le plus rigoureusement du monde évidemment, pour savoir si les hommes et les femmes avaient le même sens de l’humour ou si ces messieurs étaient naturellement plus créatifs, plus drôles, que leurs semblables de l’autre sexe. Les résultats sont d’ailleurs édifiants. Entre ceux qui corrèlent cela au fait que les hommes sont sûrs d'être drôles, ignorant qu'en réalité ils ne le sont pas, pour la plupart (aïe, ça fait mal à l’ego), d’autres qui trouvent que les femmes sont systématiquement réfractaires à l’humour scatologique, déjanté ou grivois (une pensée pour Blanche Gardin ou pour Virginie Hocq), le moins que l’on puisse dire est que le tableau n’est franchement pas folichon! L’humour masculin, censé être dans la compétition, pour marquer des points auprès d’ami.e.s et entourage, voire pour progresser en milieu professionnel est opposé à son corollaire féminin présumé être plus dans le partage des vulnérabilités, entre dames bien entendu, afin de renforcer des liens qui les unissent inéluctablement. En 2008, la québécoise Marielle Léveillé, qui se qualifie comme théoricienne de l’humour disait ceci : «Le rire est une "anti-émotion". Or les femmes, en général, semblent plus ancrées dans leurs émotions. Elles aiment rire, mais paraissent moins enclines à créer le rire.» En d’autres termes, les hommes pour faire des blagues et les femmes, êtres purement émotionnels donc, pour en rire… Ce qui rappelle aussi cette idée que l’humour serait une arme de séduction plus masculine que féminine ; certains hommes voyant dans la faculté des femmes à faire rire une trop grande confiance en elles et une liberté limite dangereuse… Hummm… Si, comme moi, vous voyez dans tout cela du sexisme, c’est que, comme moi, vous devez avoir l’esprit étrangement mal tourné! Avouez que ce serait tellement pratique de se dire que tout être humain doté d’un utérus serait doux, tendre et fragile par nature. Sa grande sensibilité ne saurait accueillir, même sous couvert de l’humour, quelque chose qui n’aille pas dans cette direction. Et de l’autre côté, ces messieurs qui ne sauraient, eux, tomber amoureux d’une femme qui fait rire… Un ‘’chouia beaucoup’’ réducteur, tout de même. En fait, comme pour bien des secteurs, historiquement la pratique, sociale ou professionnelle, de l’humour a été pendant longtemps la chasse gardée de la gent masculine. Tout comme certains sujets, comme la sexualité ou la mort, qui étaient perçus comme vulgaires ou mal placés venant de femmes. Les choses ont changé, fort heureusement d’ailleurs, même si certaines idées reçues restent parfois tenaces pour les aficionados des stéréotypes. Parce que, que l’on soit homme ou femme, ou même extra-terrestre si l’on se réfère aux films Men In Black (les trois, bien sûr), l’humour est un allié drôlement précieux. Il contribue à améliorer son estime de soi, permet de créer une soupape de décompression et fait appel à des formes d’intelligence ; car, oui, il existe plusieurs formes d’intelligence, n’en déplaise aux adeptes des QI, QE et autres sigles à la mode. Et s’il est entendu que le sens de l’humour n’est pas uniformément réparti, comme bon nombre de caractéristiques, entre personnes du même sexe ou de sexes différents (que celles et ceux qui ont eu à souffrir de certaines blagues pas drôles lèvent la main… bon pas tous et toutes en même temps, svp !), si le sens de l’humour donc n’est pas égalitairement réparti, cela n’est in fine pas bien grave. Tout le monde finira bien par s’en remettre. Selon la légende, Galilée aurait prononcé à son procès cette phrase « et pourtant elle tourne » énonçant l’évidence que la terre tourne autour du soleil. Une citation apocryphe certes mais qui, pour notre sujet du jour, semble si juste… tant de simagrées autour de la perception de l’humour par les femmes ; et pourtant elles rient et font rire !
By Loubna Serraj
19 April 2021